La Dépêche du Midi jeudi 30 septembre 2022
La Dépêche du Midi jeudi 30 septembre 2022

Saint-Céré. Les rencontres archéologiques pour décrypter l’histoire

·         L’Archéosite des Fieux sera un des sites visités lors de ces rencontres archéologiques.

    

Colloques et conférencesSaint-Céré

Publié le 18/09/2022 à 05:10 La Dépêche du Midi

Organisées annuellement depuis 1992, pendant le dernier week-end de septembre, en collaboration avec les associations "Racines" et "Dorami" , les rencontres archéologiques de Saint-Céré qui se dérouleront les samedi 23 et dimanche 24 septembre, représentent toujours un temps fort de la saison. Elles sont organisées avec le soutien du conseil départemental du Lot, du conseil régional d’Occitanie, de la Drac de Midi-Pyrénées et de la municipalité de Saint-Céré.

Pour ces 31es rencontres, c’est un programme alléchant qui est mis en place par les organisateurs. La première journée se déroulera samedi 24 septembre à l’auditorium de Saint-Céré. Elle est consacrée à la présentation de conférences invitées et de communications, devant un auditoire mêlant spécialistes et grand public. 10 heures – 12 heures : "Les premières villes en Europe occidentale" par Jean-Loup Flouest (CNRS-Université de Montpellier) , "Le port antiquer de Narbonne et le commerce" par Corinne Sanchez (CNRS-Université de Montpellier). 14 heures – 18 h 30 : "Du pot à feu néolithique au chaudron gaulois" par Anne Flouest, directrice adjointe du musée de Bibracte. "Antoine de Saint-Exupéry : enquête sur une disparition", par Luc Varell, archéologue sous-marin, "La signification des grottes ornées du Quercy" par Michel Lorblanchet, directeur de recherche honoraire au CNRS. 18 h 30 : clôture de la première journée et apéritif offert par la ville.

La seconde journée, dimanche 25 septembre, réunira les participants pour la visite de sites archéologiques lotois. Programme de la journée : 9 h 30 – 12 heures : visite du fort de Cantal. 12 h 30 : repas gaulois à Vayrac. 14 heures – 17 h 30 : visites, conférences et ateliers du site des Fieux à Miers /Alvignac.

Les conférences donnent lieu à l’édition d’Annales qui sont publiées au cours du premier semestre de l’année suivante. L’accès à l’auditorium et la participation aux visites sont libres et gratuits.

Les rencontres archéologiques annuelles donnent lieu à la publication d’Annales qui contiennent les articles proposés par les conférenciers ainsi que les informations sur l’actualité archéologique du département du Lot.

Renseignements : contact@saint-cere.orgwww.saint-cere.org

 

 


Article de la Dépêche du 3/04/2022

 

"La liberté guidant le peuple" au lycée de Saint-Céré

 

 

La copie du célèbre chef d’œuvre d’Eugène Delacroix "La liberté guidant le peuple" réalisé par Cortes-Gaillard à la fin du XIXe siècle a été installée au lycée Jean-Lurçat de Saint-Céré.

 

"Un bel intérêt collectif de la communauté éducative autour de ce symbole de la République.", c’est ce que précisait Rémi Poumeyrolle, proviseur du lycée Jean-Lurçat de Saint-Céré, à l’issue de l’inauguration du très symbolique tableau de "La Liberté guidant le Peuple" d’Eugène Delacroix, copie de Cortes-Gaillard.

 

Ce tableau a suscité un fort intérêt et un réel enthousiasme dans la communauté éducative, comme en a témoigné la présence nombreuse de personnels et d’élèves.

 

L’action initiale a été impulsée par Henri Fontanille de l’association des "Amis du Pays de Saint-Céré" qui a exhumé, l’œuvre oubliée dans les locaux des ateliers municipaux. Acheté en 1897 au peintre Cortès-Gaillard, le tableau est mis en dépôt à la mairie de Saint-Céré le 20 juillet 1897. À la suite des travaux de rénovation, vers 1998, le tableau a été déposé dans les locaux des Services techniques.

 

Relayée par une belle action municipale, l’œuvre a fait l’objet d’une restauration par l’atelier Malbrel à Capdenac en 2013-2014. Son installation dans le lycée Jean-Lurçat a été programmée en 2015. L’inauguration officielle s’est déroulée en présence de Dominique Bizat et d’Huguette Tiégna, députée du Lot, qui ont tour à tour souligné le symbole républicain et invité les lycéens et lycéennes à prendre leur futur en main, en toute conscience, dans le cadre des valeurs de la République.

 

Une présentation plus artistique de l’œuvre a été faite par deux élèves de spécialité arts plastiques qui a travaillé à plusieurs reprises sur ce sujet. Au dos de l’assemblée venue nombreuse, étaient accrochés des gavroches réalisés par les élèves, reprenant un célèbre personnage du tableau. A la fin de la manifestation, le public a pu feuilleter avec intérêt les "book" que les élèves de terminale de la spécialité arts présenteront au baccalauréat.

 

Pendant la soirée, des élèves de Dispo, en partenariat avec Sciences-Po Toulouse, ont réalisé un film sur cette inauguration dans le cadre de leurs travaux de groupe. Présents aussi, les enseignants et élèves d’histoire/géopolitique qui ont travaillé sur le sujet, ainsi que des élèves de seconde ayant réalisé une présentation audio du tableau, accessible avec un QR-Code.

 

Genèse de l’œuvre

 

Quand Delacroix livre "La Liberté guidant le peuple", il est reconnu comme le chef de file de l’école romantique française. Il rejette l’idéal classique et les canons de l’art académique de son temps. Achevée le 20 septembre 1830, Eugène Delacroix précise : "J’ai entrepris un sujet moderne, une barricade, et si je n’ai pas vaincu pour la patrie, au moins peindrai-je pour elle". L’artiste témoigne ici de la ferveur romantique qui lui fait traduire les événements révolutionnaires dont il est contemporain. Delacroix n’est pas un révolutionnaire convaincu, car de son propre aveu, il a traversé les événements comme "un simple promeneur". Cependant, la violence de la rue et le patriotisme réinventé enflamment son imagination picturale. Alexandre Dumas, précise : "C’est la vue du drapeau flottant sur Notre-Dame, ce qui explique sa présence dans le coin droit supérieur du tableau, qui l’aurait fait basculer. L’enthousiasme prit la place de la peur, et il glorifia ce peuple qui, d’abord, l’avait effrayé."

 

La copie par Cortes-Gaillard pourrait donc avoir été exécutée entre 1891 et 1897. Portant le numéro d’inventaire FNAC Inv. 1109, le tableau est mis en dépôt à la mairie de Saint-Céré le 20 juillet 1897.

 

Le tableau pourra être visité lors des prochaines journées du patrimoine.

 

 

 


Article de la Dépêche du 4/12/21

   Saint-Jean-Lespinasse.

Il y a 71 ans, les Lotois se voulaient citoyens du monde.

 

 

Samedi 4 décembre à 17 heures, L’Association des Amis du Pays de Saint-Céré accueille, dans la salle de quartier de Saint-Jean-Lespinasse, l’historien Michel Auvray, pour une conférence ayant pour titre : "Quand les Lotois se voulaient citoyens du monde".

 

Voici sept décennies, en pleine guerre froide, alors que planait la menace d’un conflit atomique, Saint-Céré, comme 239 communes du département, donnait vie au vœu de Victor Hugo : "Avoir pour patrie le monde et pour nation l’humanité."

 

Après Cahors et Figeac, la ville de Saint-Céré se voulait liée à la communauté mondiale, et ses habitants citoyens du monde.

 

Au mois de juin 1950, une route sans frontières était inaugurée en présence du prix Nobel de la paix 1949, lord John Boyd-Orr. Ce fut un idéal de fraternité universelle et les Lotois étaient alors à la une de la presse.

 

L’historien Michel Auvray a consacré des années à consulter tous les fonds disponibles, d’archives municipales en archives départementales, de la Bibliothèque nationale de France à la préfecture de police de Paris. Après avoir donné bien des conférences, de société savante en lycée, il a récemment publié la première "Histoire des Citoyens du Monde" chez Imago.

 


Article de la Dépêche du 14/10/21

 

   La ville replonge dans son passé avec l’expo photo "Images du pays de Saint-Céré"


Les membres de l’association organisatrice pendant le discours d’accueil et de présentation de cette exposition.
Samedi 9 octobre, à 18 heures, se déroulait à la Maison des consuls le vernissage de la superbe exposition photographique organisée par l’association des Amis du pays de Saint-Céré. L’association y présente près de 400 photos faisant revivre des scènes et des personnages qui ont marqué la vie de Saint-Céré au XXe siècle.
Du patinage sur la Bave
Rugby, cyclisme et tennis sont largement illustrés, mais aussi les jeux de boules, la musique, le théâtre, le football, le sport scolaire ou… le patinage sur la Bave en 1905 ! Il n’y a aucune prétention artistique dans cette présentation car il s’agit essentiellement de photographies d’amateurs qui ne sont qu’une illustration de la petite histoire de la ville. Chacune est légendée d’un commentaire qui situe l’événement ou tente d’identifier les personnages.
L’association des Amis du pays de Saint-Céré, créée en 1984, a pour objectif de faire connaître, valoriser et défendre le patrimoine culturel, architectural et historique du pays de Saint-Céré. Cette manifestation qu’elle organise vient s’ajouter aux précédentes qui à chaque fois obtiennent un gros succès.
Cette exposition offre la possibilité aux plus anciens de se remémorer des situations vécues ou dont ils ont eu connaissance par leurs aînés. Elle permet également aux plus jeunes de porter un regard sur les distractions qui ont jalonné les parcours des générations passées, en un temps où la télévision et Internet n’existaient pas…
L’exposition se poursuit à la Maison des consuls jusqu’au 31 octobre


Rencontres Archéologiques

Article de la Dépêche du midi du 22/08/21

 

Depuis le jeudi 12 août, les inscriptions pour les 30es rencontres archéologiques de Saint-Céré sont ouvertes. Elles sont organisées annuellement depuis 1992, pendant le dernier week-end de septembre, en collaboration avec les associations "Racines" et "Dorami". Cette année, elles se dérouleront les samedi 25 et dimanche 26 septembre.

La première journée se déroule à l’Auditorium de Saint-Céré. Elle est consacrée à la présentation de conférences invitées et de communications, devant un auditoire mêlant spécialistes et grand public. La seconde journée réunit les participants pour la visite de 2 ou 3 sites archéologiques lotois.

Les conférences donnent lieu à l’édition d’Annales qui sont publiées au cours du 1er semestre de l’année suivante.

 

L’accès à l’Auditorium et la participation aux visites sont libres et gratuits. Les "Rencontres Archéologiques de Saint-Céré" sont organisées avec le soutien du Conseil général du Lot, du Conseil régional de Midi-Pyrénées, de la DRAC de Midi-Pyrénées et de la Municipalité de Saint-Céré.


Les Recollets

Article de la Dépêche du Midi du 18/08/21

 

La dernière phase de la restauration de la façade nord et du clocher de l’église des Récollets est en cours. Avec ses plus de 300 adhérents, l’association des Amis du pays de Saint-Céré, créée en 1984 s’est donné pour objectif de faire connaître, valoriser et défendre le patrimoine culturel, architectural et historique de la cité.

Tout naturellement, elle s’est portée signataire de la convention liée aux travaux de restauration de l’église des Récollets. Depuis 15 ans elle se bat pour que cet édifice majeur du patrimoine local, soit restauré dans sa splendeur originelle.

Les autorités culturelles régionales et nationales, conscientes du grand intérêt architectural et historique de l’édifice, avaient demandé qu’une mise hors d’eau de l’ensemble du bâtiment soit préalable à toute restauration. Ce fut fait par la municipalité de Saint-Céré a financé ces travaux il y a une dizaine d’années. Différents architectes ont listé les travaux à réaliser et ont évalué leurs coûts qui s’élèvent à 521 171 euros. Ils s’effectueront en trois tranches.

En 2015 la signature d’une convention entre la mairie de Saint-Céré, la Fondation du Patrimoine et l’Association des Amis du Pays de Saint-Céré concernant le financement de ces travaux a été actée. Les résultats constatés sur les deux premières sont remarquables, notamment ceux de la restauration du grand retable. La Direction Régionale des Affaires Culturelles, la Région Midi-Pyrénées et le Département du Lot participent à hauteur de 60 %.

La Fondation du Patrimoine a accepté d’aider l’association dans sa quête du financement. Le rôle de gestionnaire des fonds collectés lui a été dévolu. Henri Fontanille à l’origine de cette fabuleuse opération précise : "Au travers de la Municipalité de Saint-Céré, l’église des Récollets appartient à tous les Saint-Céréens et tous, soucieux de leur patrimoine, doivent se sentir concernés par son devenir. La souscription ouverte dans le cadre de la fondation du patrimoine a déjà recueilli 32 340 euros. Elle est toujours ouverte. Poursuivons nos efforts".www.fondation-patrimoine.org